Recette de cuisine dégueulasse

Recette de cuisine dégueulasse

Prenez un président de la République qui déclare publiquement que son adversaire est le monde de la Finance mais dont la conseillère économique et financière brillait comme économiste en chef chez Bank of America.

Prenez un premier ministre né à Barcelone, qui a acquis la nationalité française par naturalisation, mais qui déclare sans sourciller que « l’intégration dans notre pays est un échec ».

Prenez un conflit géopolitique dans lequel ces tristes volatiles ont avec les protagonistes les plus puissants des intérêts idéologiques, politiques, économiques, culturels, familiaux, communs.

Puis, suivez la recette :

– Interdisez une manifestation de gens qui réclament la justice et la fin du conflit, ce qui provoquera immanquablement une frustration immense, un sentiment d’injustice, et une colère profonde.

– Une fois le piège tendu, attendez que se réunissent tout de même principalement les plus radicaux des deux camps, les plus modérés préférant se conformer à la loi.

– Quand la situation est enfin hors de contrôle, laissez bouillir dans les médias quelques heures.

– Une fois la stratégie du choc mise en place (vous aviez déjà testé au préalable que rien qu’une manifestation bloquée contre un aéroport ne manquait pas de dégénérer), faites diffuser un sondage selon la méthode des quotas auprès de 9̶0̶0̶ ̶p̶e̶r̶s̶o̶n̶n̶e̶s̶ la population du pays signifiant que ces manifestations sont scandaleuses, et que la majorité du pays est contre.

– Envoyez le premier ministre déclarer au parlement qu’un « nouvel antisémitisme » est intolérable.

La soupe est prête :

Vous avez transformé un conflit politique en un conflit religieux, créé l’amalgame entre les partisans d’un règlement pacifique du conflit et des minorités violentes, détourné l’attention collective des rapports militaires, sécuritaires, commerciaux, financiers, stratégiques, qui vous unissent autour d’une doctrine néolibérale commune dont les effets dévastateurs sont pourtant visibles partout, et non content de détourner l’attention collective du véritable débat historique, politique et culturel que sous-tend ce conflit, vous obtenez que le citoyen confonde les bananes plantain et les lapins de garenne.

Ah, et cerise sur le gâteau, par un vil calcul, vous avez même fait grimper dans les médias les thématiques susceptibles de cliver électoralement le pays à votre avantage en vue des prochaines élections.

Finalement, Nicole Bricq avait peut-être raison, la cuisine de l’Elysée est vraiment « dégueulasse« 

objectivite-media

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + dix =