Je m’en fous que tu sois mort, Gabriel Garcia Marquez

Je m’en fous que tu sois mort, Gabriel Garcia Marquez

Je m’en fous que tu sois mort, Gabriel Garcia Marquez.

Avec ma lampe de poche, j’ai traversé l’Amazonie plusieurs fois en large et en travers, à dos de mule et en pirogue pourrie, je suis allé au bordel à Caracas, j’ai rencontré des dictateurs, j’ai traversé des révolutions, j’ai croisé des fantômes, des cochons qui parlaient, des arbres qui enseignaient, j’ai écrit dans des journaux naissant, j’ai pissé sur des fleurs, sur des églises, j’ai appris à me sevrer des adverbes cons qui finissent en « ment », j’ai beaucoup beaucoup écouté la mer Caraïbes, j’ai dansé avec des âmes en feu, j’ai embrassé des peaux de toutes les couleurs du monde, j’ai passé ma main dans des cheveux plus noirs que la mort, j’ai couru plus vite que la peur avec des balles au cul, et à la fin, j’ai même rencontré ma maman.
Tu sais, j’ai vécu ma vie pour la raconter.

Vivir para contarla.

Alors, tu peux bien te barrer, Gabriel Garcia Marquez.

Il y a longtemps que j’ai planqué tous tes livres sous mon pieu.

7 Replies to “Je m’en fous que tu sois mort, Gabriel Garcia Marquez”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.